Welcome to Hell ! pour Heaven, il va falloir attendre un peu :)

Papa fraîchement séparé de 34 ans, Marseillais d'adoption, en pleine période de doutes, de questionnements et de nouvelles expériences avec en bandoulière son minot et un nouveau chemin à tracer.

20 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

Le bout du tunnel

Pour commencer, j’ai envie de dire bonne année ?

images (2)

 

Voilà, ça c’est fait, on sera plus emmerder comme çà.

 

Alors oui le bout du tunnel, et qui l’eu cru, 1 an pile après, comme quoi, la vie fait quand même bien les choses (en dehors des jeans slims pour les mecs, mais ça vaudra bien un autre article ça tiens)

Je m’y attendais pas du tout, du pur hasard, enfin presque, c’est parti d’un banal message sur un site de rencontres bien connu de tous, plus axé communautaire que rencontres à vrai dire.

Le principe est simple, tu cliques comme un taré sur les profils et quand elle répond, faut se magner de faire le gars intéressant.

 

téléchargement

 

Après moult clics et lassé de voir que cela ne donnait rien, j’ai arrêté et parcouru des profils en mode visiteurs vaguement intéressé.

Et là, téléchargement (1)

 

D’un banal message compatissant envers la gente féminine sur des sites de crevards pareils, j’ai commencé à chatter avec une chouette fille, de tout et de rien, qui habite en plus pas très loin de Marseille.

Je vous passe le moment avant et le moment après, mais à ce jour, on est ensemble et faut quand même garder un peu de vie privée bordel.

Environ de mon âge, belle, grande, un sourire à se faire réchauffer la Corée du Nord en Janvier, drôle, cultivée, enjouée, fraiche (ça se dit de nos jours lol), spontanée, câline, un rire communicatif, une peau douce, bref bref bref, tu vois le genre quoi !

Je ne l’attendais pas, elle est arrivé, dans ses mots et ses paroles, elle a su me faire baisser la garde, laisser un peu d’espace, à force d’échecs, je n’y croyais plus trop, et j’avoue que j’étais bien parti pour ne plus courir les pubs et soirées, et rester à la maison, attendant que l’Amour frappe à la porte. Mal parti le gars quoi.

J’ai ressenti des choses que j’avais oublié depuis des lustres, des sentiments, des réactions en moi qui me semblait dater du collège…cette excitation que tu as quand tu te lèves pour inviter la fille dont tu rêves à danser, le coeur qui s’emballe, chaud partout, bref. You know what i mean.

images

 

J’ai eu du mal à me faire à l’idée que c’était à nouveau possible, déjà que l’on puisse s’intéresser à moi, et d’autre part, que je puisse ENFIN avoir envie de connaitre vraiment une autre nana.

C’est bête à dire, mais j’ai l’impression de la connaitre depuis toujours, qu’on est fait pour être ensemble, très troublant à vivre. Toutes les Saintes conneries de bonnes femmes (cadeau celle là) de l’âme soeur and co, et bien…je m’en moquerai plus, promis !

Je suis conscient que cela fait peu de temps qu’on est ensemble, qu’il faut éviter se projeter de trop, éviter de s’emballer, éviter de faire la merde en gros. Ben là, j’y arrive pas, tout me plait chez elle, alors peut être que je n’ai pas encore vu la part d’ombre que l’on a tous, mais la part de lumière, bordel, elle est vraiment sympa, et je m’en lasse pas une seconde. A chaque fois que je la vois, ça me réchauffe le coeur. Longtemps qu’il y faisait un froid glacial.

Elle est du genre à déballer tous ses sentiments, mon opposé donc; autiste comme je peux l’être, ça été euuuh comment dire, pas compliqué mais presque dérangeant au début d’entendre tout çà; après les quelques expériences foireuses de cette année, j’ai appris qu’il fallait mieux tourner 7 fois sa langue avant de faire une déclaration, c’est du moins ce que je m’étais efforcé d’appliquer dernièrement. Trop en dire pour revenir sur ses dires après, AIE !

Je m’y fait, pour l’instant je ne lui ai encore rien dit de transcendant, ou d’une autre manière, après tout, il y’a tellement de façon de dire à quelqu’un qu’on l’aime, des fleurs, des petites attentions, ou même rien des foistéléchargement (3)

Après, j’ai peut être changé cette année, mûri en somme; je pense avant tout à mon fils, et enfin à moi. Mais cette fille, elle est entrain de me faire changer et pas qu’un peu. Et j’aime çà, cette sensation d’avoir une moitié quelque part, d’être connecté et compris, ça m’a manqué, l’ai je même déjà connu ? pas sur.

Elle me manque quand elle n’est pas là,  là ou les autres ne manquaient pas une fois la porte franchie. C’est la première avec qui je ressens tout çà. Je sais que ça porte un nom tous ses symptômes. Je l’avais oublié, mais maintenant, je m’en souviens.

Dommage que l’on ne se soit pas rencontrés plus tôt, ou peut être est ce mieux maintenant ? pour moi c’est le bon moment, pour elle, peut être moins, en pleine séparation avec un ex lourd. Mais, j’ai tout pris d’elle, la petite distance qui nous sépare, son ex et son fils.

Parce qu’elle a un fils, guère plus agé que le mien, et c’est là que ça devient intéressant…Moi qui ait toujours rêvé et idéalisé la famille parfaite, ce que je n’ai pu avoir avant, là je le sens bien, on a déjà fait quelques sorties à 4, bon mis à part le fait qu’il faille sortir équipé d’un tazer pour les gosses, la sensation d’être à 4, est tout à fait particulière…j’aime beaucoup; je n’ai jamais pu le faire à 3 avec la mère de Junior, et j’avoue que j’aime vraiment çà

téléchargement (4)

 

La tenir par la main pendant que les enfants jouent, j’adore ! prévoir des sorties à 4 , j’adore, ça parait con mais c’est vraiment le cas.

Je crois que ma vie commence à ressembler à quelque chose, que je suis reparti, que j’ai guéri grâce à elle. Je n’ai pas envie de changer pour elle, ni elle pour moi, on reste nature, sans doute l’expérience…plus de compromis; je suis conscient que cela se sera pas toujours le cas, mais quand on a eu le coeur brisé, une famille brisé, je crois qu’on est apte à ne pas reproduire les mêmes erreurs, la facture est trop salée, surtout pour les enfants.

téléchargement (5)

 

Quand à mon fils ? et bien il l ‘adore et demande après elle tous les jours, et j’avoue que c’est un grand soulagement. Je ne me serai pas senti capable d’être avec une nana qui n’aurait pas eu d’atomes crochus avec Junior, c’est le père et le fils à prendre, sinon rien.

Carton plein, c’est une maman poule, et çà aussi j’apprécie, ce n’était pas le cas avec la mère de Junior, et j’avoue que cela m’emmerder. Moi qui suis proche de mon fils, j’apprécie qu’elle le soit avec le sien, et sans doute que Junior l’a senti également. Je les regarde jouer ensemble quand je fais la vaisselle, ça arriverait presque à me tirer une larme tellement j’en suis content, qu’il lui fasse des câlins, qu’il l’appelle pour jouer, pour le dodo…

Quel soulagement, pas sur que cela soit le bon mot, mais ça résume bien mon ressenti.

J’espère que c’est elle la bonne. Je l’ai tant attendu, je peux encore me trompé,  mais là, tous les indicateurs sont au verts. C’est tôt certes, mais à la vue de ce qu’à donné 7 ans de vie à 2 avec un petit, à quoi bon attendre pour être heureux. Je prends ce qu’il y’a à prendre, c’est que du bonus pour Junior et moi.

Ah oui, j’allais oublié, elle veut d’autres enfants,tout comme moi.

Famille-marsupilami-300x220

 

 

 

Putain, j’ai une chérie.

 

 

30 septembre 2016 ~ 2 Commentaires

Point à la ligne.

Oui oui, je sais ! vous creviez d’envie d’avoir des nouvelles

téléchargement

 

Ben rien de bien nouveau…ah si je m’enfonce lentement mais sûrement dans la solitude affective, et la peur de  » finir seul  » commence à me titiller.

Ca ne fait jamais que bientôt 1 an ( en Décembre ) que l’histoire avec la mère de Junior est terminée. Peut- être est ce trop court pour rencontrer la ‘bonne personne ‘ ?

Comme dirait une collègue de boulot qu’on appellera L,  » mais bordel, on a besoin de personne, t’es pas bien célibataire ? pas de contrainte, pas plan foireux, ect…

Ben non, moi je suis pas bien célibataire, pas bien du tout, je ne dois pas être fait pour çà…J’ai envie d’avoir une chérie à aimer, d’avoir d’autres enfants, d’avoir une famille. Là, j’en ai plus, je n’ai plus la sensation de faire partie d’une tribu, mais d’être plutôt le gars qu’on a mis à l’écart dans sa tente au camping, avec son pack de bière devant la tente et qui porte des chaussettes dans ses tong. ( J’ ai rien contre les Allemands ).

Alors depuis le dernier post, ben ma foi, je  n ‘ai pas chômé, j’ai fait mouuuultes rencontres, j’ai d’ailleurs arrêter de compter, j’ai arrêter à 20 je crois, y’a 6 mois.

Je fais des posts rigolos ( enfin j’essaie ) sur les filles rencontrés, mais en fait, cela ne me fait plus rire, je me sens de plus en plus mal dans ma peau; j’ai beau rencontré une nana, j’en attends tellement, et suis tellement exigeant, que au final ça finit mal.

J’ai réalisé le tour de force d’avoir 2 déclarations en 1 mois de nanas parfaitement inconnu au bataillon, après quelques rencontres, j’ai eu droit au :

- Tu te sens bien avec moi ?

- Tu ressens quoi pour moi ?

- Je crois que j’ai des sentiments pour toi.

- J’aime être avec toi

- Tu me manques

 

Des trucs sympas en somme ? Ben, ça me fait strictement rien. Rien du tout. J’ai aucun début de sensation dans les tripes, la nana me manque, oui, elle me manque 5 min et j’oublie.

Je me rappelle bien que c’était pas çà l’amour, je me rappelle ce que c’était d’être tordu en 2 en pensant à une fille, de plus avoir d’appétit, d’attendre son texto, de la serrer à l’étouffer.

Là, rien de çà, je ressens rien putain de

téléchargement

 

Je suis devenu genre un sociopathe ? j’enchaine les filles et pas les meilleures, je la jauge, je la teste, et je la jette.

J’en ai bien une qui revient souvent, pour qui j’ai un semblant d’affection, on couche souvent, voir très souvent. Je vois bien que elle, oui, elle a mal au ventre, elle me serre fort, elle reste calé contre moi des heures. J’aime bien ces moments…mais sans plus, une fois que j’ai franchi la porte, je ne pense plus à elle. Elle si. Pourtant je fais rien pour, pas de cadeaux, pas de sortie  » couple », pas d’attention particulière. Et pourtant elle est là.

Mais je l’aime pas, je lui ai dit que j’étais pas amoureux; ça lui a fait mal, je l’ai vu, mais elle est quand même resté. Et moi je continue à la mettre dans mon lit. Je commence à me demander si ça fait pas de moi un sale con. Le genre de gars qui fait espérer une hypothétique histoire, juste pour baiser.

Ca ressembe à plan Q amélioré, on baise, mais on sort presque ensemble, mais pas vraiment.

J’ai esperer avec ma femme mariée, mais elle a choisi l’option facile, de rester avec son mari. Quittes à plus baiser les 40 prochaines années. Ca m’a fait un peu mal en fait, avec elle, ça venait doucement, je me projetais, ça venait doucement. Elle est partie et on se parle plus, je vois bien qu’elle like sur mon Facebook, mais quelque chose s’est cassé, on arrive plus à se parler.

Je me sens tellement seul et paradoxalement, j’ai jamais autant rencontré de filles, quand j’ai pas mon fils dans la semaine, je me sens mal, seul, j’ai l’impression que je déborde de tristesse, j’essai bien sur de me reprendre, mais entre les cuisses d’une fille d’un soir un peu alcoolisé, ça aide pas. Surtout le matin. A jeun.

Je vais quand même pas attendre que celle que je désire, sonne à ma porte non ? sI ? j’arrive pas à ne pas être quête de ma future moitié. Et j’ai peur de tomber amoureux de la mauvaise personne, j’en ai tellement envie, que ça pourrait arriver si je sens que çà marche un tant soit peu.

Alors je me trouve des occupations, la première mon fils, que j’aime chaque jour un peu plus que la veille, rien que de penser à lui, ça me met la larme à l’oeil

téléchargement (1)

 

Je fais le maximum pour qu’il s’éclate, chaque weekend des nouvelles aventures, de l’inédit, de voir ses yeux rempli de surprise quand je lui dit demain on va ou mon chéri ? rien que çà, ça vaut tout l’or du monde.

Et il parle de plus en plus forcément, il grandit tellement vite, il me fait des câlins et il  me dit qu’il m’aime, ça me fait tellement du bien. J’arriverai pas à vivre sans lui. C’est mon moteur chaque jour.

On me traite de papa poule, de 2ème maman, que j’en fais trop, que c’est pas normal, ect…mais je vous emmerde. J’ai pas eu la chance d’avoir un père, alors j’essai d’en être un bon, d’être même exceptionnel, c’est la moindre des choses après tout. Il mérite le meilleur de moi non ?

Après cette brève aparté, je reprend sur ma future dépression.

images

 

Bon voilà quoi ! je surnage dans un univers cyprinien ( oui oui, je viens de l’inventer ), je regarde des nanas tomber amoureuse sans que je n’y sois pour rien.

Un budget en préservatif tout çà. Et pas une seule MST en 1 an svp ( je me suis fais dépister, à force, valait mieux quand même ).

téléchargement (2)

 

Puis y’a le cas de A.

A c’est une fille que j’ai rencontré y’a maintenant 10 ans facile, la fille d’un pote, on chatait sur FB sans aucune arrière pensée ( elle était mineure à l’époque hihi ). Je l’ai jamais vraiment oublié, une chouette fille. ET la fille d’un pote.

On s’est rapproché plusieurs années plus tard, quand j’étais alors en couple, toujours des conneries à se raconter, elle me faisait bien marré.

Suite à mon dernier MERVEILLEUX noel de merde..Je n’étais pas au top, plutôt même en bad..Elle m’a écouté, quand ça allait pas, m’a changé les idées, et même engueulé quelques fois. M’a fait rire très souvent.

Je me suis attaché à elle, plus que je n’aurai dû je crois. Je parle pas d’amour, pas désir, mais d’un autre amour, similaire à celui que je peux porter à ma soeur, mais encore différent. Je l’aime, mais pas d’amour. Elle me manque quand elle n’est pas là, quand on se parle pas.

Elle est venue chez moi, elle habite à plusieurs centaines de kilomètres, elle a vu Junior, lui a parlé, l’a porté. Vous avez compris que j’ai du mal à le lacher. Fallait qu’elle soit une fille exceptionnelle pour que je le permette. C’est le cas, elle l’est.

J’essai de prendre soin d’elle, de m’intéresser à sa vie, à ce qu’elle fait, comment elle va, j’essai d’être là pour elle. On s’écrit pour ainsi dire tous les jours.

Quand elle est là, je respire, un poids s’enlève, et je dis pas çà parce que j’ai pris 15  kg en 2 ans LOL. Quand elle est là, je suis moi. J’oublie toute cette merde.

Je lui envoie des ptis cadeaux de temps en temps, et j’essai de lui faire plaisir quand elle vient; entre le boulot et Junior, je n’ai pas le temps de la voir autant que je le voudrais, et de m’occuper d’elle comme j’aimerai.

Alors je vous vois venir avec vos gros sabots

.téléchargement (1)

 

Mais putain, tu vois pas que c’est elle ? c’est elle qu’il te faut !

Alors vous êtes pas les premiers à le dire.

Mais en fait non. J’aurai je crois tellement peur de la décevoir en essayant quoique ce soit, de la perdre, que ça me couperait net dans mon élan.

D’ailleurs, je suis  absolument pas son type de gars. je fais pas de slackline, je joue pas avec des bâtons du diable, encore moins avec un diabolo, je fume presque plus, et je suis plus révolutionnaire pour un sou ( oui, on va manifester, changer le monde, tout çà )

A, je sais que ça va te faire sourire un poil de lire çà quand même :)

Alors je continue à prendre soin d’elle comme si c’était …ben je sais pas, on en a parlé et notre type de relation nous va très bien. Sans ambiguité.

C’est bien la seule nana qui me manque et avec qui je me sens bien.

J’hésiterai pas à l’embarquer en weekend princesse, juste pour le plaisir de passer du temps ensemble; ça parait bizarre dit comme çà, mais là aussi, je vous merde LOL.

J’ose espérer qu’elle sait qu’elle peut compter sur moi, et qu’elle sait qu’elle a une place dans mon coeur et dans mon appart ( qui d’ailleurs commence à prendre forme ).

 

Bon, pour résumé, je suis encore au point mort. Je pensais qu’enquiller des rapports ( jeux de mot avec point mort, t’as vu ? ^^ ) allait me faire avancer, mais non. Mis à part me griller dans quelques pubs et soirées infirmières, j’ai rien fait de bien. J’en ai rendu même malheureuse, c’est dire comme je suis fier de moi !

 

Je vais prochainement reprendre le sport ( dès que j’ai fini cette délicieuse pizza ) à haut rendement, une salle de sport étant proche de l’appart, plutôt que de tergiverser, autant aller pédaler.

Et y’a de chouettes nanas dans les salles de sport.

téléchargement (2)

 

Promis prochain article, je parle de marseille et des coins sympas ou sortir ! ( et ou trouver des nanas. LOL )

Biz

14 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

La femme mariée, c’est fait.

Bon, je vous fais l’impasse sur la nana fétichiste des pieds, et croyez moi, vous pouvez me dire merci, vaut mieux pas voir çà !  images

 

 

Bon alors la nana mariée, c’est un dossier particulier à gérer; déjà pour arriver à la ferrer ( ça commence direct en mode phalocrate cette chronique ), c’est compliqué.

En fait tout dépend de l’état de son couple, et là plusieurs solutions se dessinent :

- La nana folle amoureuse de son mari, qui l’idéalise à fond, qui le regarde comme au premier jour

téléchargement (1)

La, cherche pas c’est mort ! t’arriveras à rien, tu n’existes pas, à la limite, tu es transparent.

 

- La nana qui est mariée depuis quelques années, mais qui s’emmerde grave à la maison, pas de sortie, pas de ciné, pas de restau, pas de fleurs, pas de mot doux, pas d’orgasme, son mec est un beauf en crocs qui aime jardiner la raie du cul à l’air et regarder téléfoot en peignoir. Elle a bien sur 2 gosses chiants, sinon, c’est pas marrant.

Alors, là, bonne pioche, c’est

téléchargement (2)

Suffit de remettre la liste dans l’ordre

- Mot doux

- fleurs

- ciné

- restau

- orgasme

Ca marche à 100% des fois ( oh mais c’est dégueulasse comment tu dépeints les nanas là ! t’es un vrai connard ! ) ; bien sur, faut pas rester avec cette nana, elle va tomber amoureuse en 3 soirées, vouloir vendre ses gosses, assassiner son mari et partir au Pérou avec toi.

En plus, c’est pas un bon coup images (3)

 

 

 

- La nana mariée qui aime son mari, mais qui n’a plus aucune vie sexuelle depuis la mort de Henri Ford, là aussi

téléchargement (2)

Par contre, elle, c’est un bon coup, elle est clairement pas là pour enfiler des perles ou que tu lui tiennes la main pour se promener, et elle se contrefout du bouquet de pivoine que tu viens d’acheter à prix d’or chez un fleuriste roumain.

Elle veut se défouler, et libérer 10 ans de frustration, donc tout y passe, elle ne demande rien sur toi, t’écoutes vaguement, ne ressent aucun remord et rentre à l’heure pour diner. C’est elle qui décide quand et ou, et vaut mieux être dispo, sinon elle fait la gueule !

A essayer, mais à vivre, au bout d’un moment, accourir juste pour çà…( Oh pauvre bichon, on va te plaindre !! ) ben en fait, çà devient chiant. On est pas que des animaux bordel ! enfin ca c’est mon côté du gars qui tombe amoureux en 4 min et qui en veut plus.

 

Enfin, the last but not the least, la nana mariée dont tu tombes amoureux ( ou presque ), alors c’est carrément un bordel sans nom, tu la croises dans un pub en soirée filles ( les mecs gardent les gosses à la maison ), après 5 mojitos, elle est déjà une autre personne, 2/3 blagounettes, on se rapproche et crac, contact établi.

Toi tu crois que c’est une de plus qui ne comptera pas,

images (1)

 

 

Tu as très vite envie de la revoir, déjà elle est rayonnante comme le sont souvent les nanas de 30 balais heureuses dans leurs vies, genre l’inverse de Bridget Jones; elle est cultivée, elle a beaucoup d’humour, jolie forcément, et surtout, elle t’a vu arriver de très très très loin. Du coup, elle s’amuse avec toi, comme un chat avec une souris morte. Elle te laisse approcher pour te jeter, te sourit puis t’ignore, forcément, ça m’émoustille, je veux en savoir plus, mais y’a pas très peu de brèches dans sa défense, tout est cloisonné, va donc falloir l’avoir à l’usure.

En fait, c’est elle qui te ferre, au début on croit avoir la situation en main, mais pas du tout. Mme est consciente de ce qui se passe, et t’es surement pas le premier à te croire en terrain conquis. Va s’en suivre des rafales de textos, des rencards sans contacts entre midi et 2, à la limite du mec lourd, mais elle me plaisait trop cette fille.téléchargement

 

Au bout de quelques semaines ou tu ne penses qu’à elle, tu as droit à ton premier bisous. Con comme je suis et à force de vouloir rencontrer  » l’élue « , je commence à ressentir cette agréable sensation de manque et chaleur émanant de mes entrailles…Tu commences à marcher sur un coussin d’air, côté calins, c’est le paradis, c’est plus du sport, mais ça ressemble de plus en plus à de l’amour.

jem

 

 

Et oui ! et là, c’est le drame, je pense à elle tout le temps, j’attends comme un ado de recevoir un sms, et soudainement, elle te parle de son mari images (2)

 

Toi, t’avais fait semblant de plus y penser, qu’elle rentre tous les soirs chez elle avec son mari, qu’ils ont une relation, des discussions, des points communs, des projets…

D’un coup, tu te rends compte que t’es vraiment loin d’avoir l’importance que tu pensais avoir, grosso modo, t’as l’impression d’être un passe temps. Ca peut ressembler à la nana mariée décrite plus haut mais non, là t’es pas loin d’être amoureux, et du coup ?

Du coup, t’es jaloux.

Et il se passe quoi quand t’es jaloux ?

Tu deviens un trou de cul, chiant, irritable et ne profite pas pleinement des moments qu’elle t’accorde, et même pendant, tu y penses.

Et là viens la phrase que tous les mecs de l’univers ont déjà sorti ( si si, fais pas le mec qui la connait pas toi !! )

 » Mais franchement, t’y trouves quoi à ton mari ! c’est un con, largues le « .

Et cette petite phrase, allumes quelque chose chez Mme, je ne saurais dire quoi, mais elle se transforme, elle devient blessante, et hautaine ( elle la ramenait moins dans ton canapé !! ), se rend compte qu’elle risque de perdre une situation établie, appart, voiture, crédit, gamins, vie sociale, bref une situation fort plaisante va se transformer en galère.

Et là, c’est elle qui sort cette phrase universelle

 » Mais attends, j’ai jamais dit que je t’aimais ! tu crois que je vais tout plaquer pour toi ? on se connait pas !  »

Alors là, quand t’es pas loin d’être amoureux, faut sortir très vite son gilet pare balle, parce que celle là, elle fait mal de balle. Tu sais bien faire la différence entre un simple plan Q et une petite histoire, t’as bien vu que la nana là, elle était entrain de kiffer cette petite relation, ça se sent quoi !

 

 

Tout cela finit bien sur dans un torrent de menaces du genre,

- Ne m’appelles plus jamais sinon

- Ne m’écris plus jamais sinon

- Je sais ou tu travailles, je pourrais foutre la merde

- Mon mari va venir te casser la gueule

 

Ma maman avait raison

téléchargement (1)

 

 

 

 

04 mai 2016 ~ 0 Commentaire

Libéré, délivré.

La-Reine-des-neiges-la-realisatrice-s-excuse-pour-Liberee-delivree

 

Oui je sais, le titre de la chronique craint grave ! et si tu n’as jamais entendu cette horripilante chanson, c’est que tu habites sans doute au fin fond de l’amazonie et te nourrit exclusivement de larve infâme, je te rassure, tu n’as rien perdu !!

Bon, le jour J est arrivé, jour de médiation avec la mère de J dans un superbe centre socioculturelle ( une MJC pourrie quoi ), en compagnie de notre médiatrice favorite…

Franchement assez angoissé à l’idée de m’y rendre le jour J approchant, je me suis demandé ce qui allait se passer, j’ai tenté de me répéter intérieurement que ça allait bien se passer, ce que j’allais dire, allant jusqu’à imaginer les hypothétiques questions qu’allait nous poser la miss M.

L’intérêt pour nous, était de faire  »encadrer  » notre planning de garde, bien compliqué, mais qui au final se déroule pas mal.Il y’a déjà fallu faire comprendre le planning à la miss M, pas gagné tant il est tordu, mais après 20 min d’explications, elle a pu le digérer !655sky

La médiation se déroule en plusieurs étapes, tout d’abord vient la question de l’autorité parentale, qui garde, quand, comment, quel est le domicile principal, ect…des questions purement techniques.

Les hostilités ont démarrés sur le domicile principal de J, maman? papa ? moi j’ai eu envie de dire, ben les 2 non ?

qt1srf

Comme on garde J quasi chacun 1 jour sur 2, ça paraissait logique ! Que nenni mon ami ! la mère de J trouvait cela normal que cela soit chez elle, normal pourquoi ? baaah on saura jamais, parce…on saura jamais.

Le soucis, si J est domicilié chez sa mOman, c’est que moi en fait, ben j’ai aucune preuve qu’il habite chez moi, ni pour les impôts, ni pour la CAF, pour rien en fait…( ça a l’air con comme çà, mais pour la CAF et les impôts, c’est utile, sans faire le crevard hein ? ); plus encore si la mère de J décide un jour de déménager, ben en fait je suis à poil, rien à revendiquer.

J’ai donc bien fait notifier que malgré le fait que les impôts allaient nous saigner, il me fallait absolument écrit noir sur blanc, que J a 2 domiciles principaux et pas un. Alors ça a l’air complètement con comme çà à lire, mais la sensation de pas avoir de  »preuve » que son enfant habite avec vous est particulièrement désagréable, on se sent…à poil ? démuni ?

Afin que la mère de J puisse encore bénéficier des aides de la CAF pour la nounou ( quasi un smic par mois ), on a décider de ne pas officialiser cette histoire de domicile principal, ça reste officieux, signés des 2 parties, et dans le cadre d’une médiation.

Désolé que ce soit aussi pénible, mais c’est bel et bien ce qui se dit et souvent des points sensibles lors des médiations.

Ensuite vient la question de la pension

 IMG01921-20130101-1323

Alors là , tu transpires comme jamais t’as transpiré dans ta vie ! mais en fait , dans notre cas, en cas de garde alterné, pas de soucis, les frais sont de facto partagés aussi; j’achète la bouffe, couche, fringues tout seul, idem de l’autre côté…une grosse épine en moins !

jem

Oui ! là c’est le drame, la mère de J étant jusque là assez loquace, allant jusqu’à m’envoyer 2/3 flèches bien senties sur le fait que je n’étais pas assez présent après la naissance, que si, que là, bref, de la merde en barre et bien trop tard à mon gout ! ( J’ai pas rebondie sur çà, pas envie d’aller au clash, ni là pour régler mes comptes ).

Je ne sais pas comment, la discussion a completement dérapé, on est passé sur l’affectif, j’ai pris la parole, franchement, j’ai un trou, je ne sais pas comment, mais surement en essayant de me défendre, les larmes me sont tout de suite montées aux yeux, j’avais du mal à m’exprimer…Après quelques inspirations ( la mère de J ne disant rien hein !) , j’ai pu commencer à parler, sur la manière dont elle m’avait et me traité depuis la séparation, je lui ai dit que j’avais l’impression d’être l’ennemi, de l’avoir trompé pour être traité comme çà, alors que non, c’était sa décision à elle, et que cette fois là, une fois de trop, j’ai baissé les bras, plus la force de me battre, plus envie de relancer la machine ( aurait elle redémarrée ?? ).

Ce fut assez douloureux, de sortir çà là, devant une étrangère, avec elle à côté, moins impassible, je l’ai vu versé des larmes, sans qu’aucun mot ne sorte; je lui ai dit que j’avais l’impression d’être chassé comme un chien, aussi tôt parti, ça rédécore, ça fait des soirées, on pousse les meubles,on change les rideaux, comme si j’avais été une tumeur tout ce temps, très dure à vivre cette sensation.

Bon, la tension étant à son comble ( même la médiatrice a essuyé une larmichette !) c’est là que je me suis pris le 2 ème tir, à savoir que la mère de J ne savait pas comment se comporter avec moi; en effet depuis plusieurs jours, je n’arrive plus à lui dire bonjour, à la regarder, ça m’est extrement dur, je ne sais pas pourquoi, mais je regarde ailleurs, je fuis son regard.Ce point a interessé la miss M, elle a cherché à approfondir ce point, j’en suis arrivé à dire que oui, effectivement, c’était dur de regarder quelqu’un qu’on a aimé comme un dingue des années, et comtemplé aussi cette maison ou tant de souvenirs flottent encore, c’est à chaque fois une douleur immense si je me laisse aller, ça m’envahit et je galère avec çà; du coup, ben je me protège, et la fuite c’est la meilleure des défenses.

A ce moment, on a eu une coupure, parce que franchement, l’ambiance était électrique dans la pièce, miss M est sortie faire des copies et nous a lancés un  » discutez entre vous de ce qui vient de passer.

.rien-2

Pas un mot n’est sortie de la bouche de la mère de J, elle a sortie son tel, séché ses larmes, 10 min d’un silence intersiderale, franchement, je m’attendais à un je suis désolé, je m’excuse, quelque chose bordel, mais rien. Je me suis excusé tellement de fois depuis qu’on s’est séparé, plus encore par sms, on ne s’appelle quasi jamais. Allez expliquer quelque chose ou un ressenti par sms vous, c’est la porte ouverte aux mauvaises interprétations.

On a fixé un nouveau rdv, visiblement, il en faudra 3. Je suis sorti de là lessivé, vidé, comme si on avait trifouillé mon coeur pendant 2 heures, à vif, comme çà en place public. J’ai mis du temps à reconnecter avec la réalité, on s’est dit au revoir avec la mère de J, je l’ai prise contre moi, elle m’a autant serré qu’on peut serré un galeux.

Sur le retour, dans la voiture, je me suis soudain senti léger, je flottais, presque en paix avec moi même.

Mais tout n’est pas sorti, j’ai encore du pus à faire sortir de l’abcès ( c’est charmant hein ? lol ), comme la mère de J est coincé entre 4 murs, et ben elle doit écouter, elle n’a pas le choix, alors je ne vais pas me priver, sans chercher à faire mal, mais ça doit sortir, je peux plus vivre avec ce mal qui me ronge, je veux avancer, d’ailleurs, je lui ai dit. Je lui ait dit aussi download c’est sorti comme çà, comme une balle d’un canon. Je crois que je l’ai vu tressaillir.

Ca m’a plu.

La suite au prochain épisode !

17 mars 2016 ~ 2 Commentaires

Tomber amoureux, un métier à temps plein.

images (1)

 

J’ai toujours eu un problème, je tombe amoureux vite, mais quand je dis vite, c’est aussi vite que tu peux foirer une meringue. ( J’aime cuisiner )

Depuis la séparation avec la mère de J, j’erre dans une sorte de galaxie merveilleuse ou toute les nanas sont susceptibles d’être la bonne. Je vous raconte pas le bordel que ça met dans ma tête et dans la vie des demoiselles.

J’arrive bien à différencier les plans Q du plan Love, pour çà pas de problème, mais avec les premières, clairement, y’a pas de câlins, pas d’échanges, impossible de se laisser aller, du consommable en gros. Avec celles qui me font cogiter, la sensation d’être amoureux arrive très vite, mal au ventre, penser à elle souvent, se projeter ( et çà au bout de 2 semaines…), bien sur sans le dire à la chérie de passage, mais j’ai cru comprendre que j’envoyais de gros signaux !!téléchargement

 

Le soucis c’est que non content de tomber amoureux vite, ça redescend à la moindre contrariété, je me fais la réflexion  » hey ! mais en fait non ! elle a des trucs qui me vont pas cette nana !  » et comme je me projette, j’imagine déjà comment cela pourrait tourner ( en mal ).

Après, va expliquer çà à la fille, je passe pour un con, à faire croire que quelque chose pousse et d’un coup je passe un bon coup de tondeuse à ras. Je vois bien que je lui ai fait de la peine, quelques larmes par çi, quelques sms cinglants par là…J’ai beau me confondre en excuses, rien n’y fait. Mieux vaut être sincère non ? J’ai vu ou ce que cela donnait de ne pas l’être.

J’ai tellement besoin de serrer fort quelqu’un, peut être que je confond çà avec de l’amour, je me rend compte maintenant que je n’ai pas vraiment pleuré un bon coup depuis la séparation, je garde tout, dès fois ça sort un peu, mais aussi tôt, je remet tout au fond de mon cerveau et passe à autre chose.

J’en ai parlé à ma psy ( oui,  »je vois quelqu’un lol  » ), elle pense que je suis une bombe à retardement, que un jour, ça va sortir, soit en larmes, soit en wagon d’amour pour une fille…

 

La question, c’est , est ce que ça sera la bonne ? Tellement envie d’aimer quelqu’un, que j’ai peur de me tromper, je ne me sens pas capable de m’engager dans une relation bancale, je ne me sens pas capable de voir encore quelque chose se finir. Je suis pris entre les 2, c’est juste insupportable.

téléchargement (3)

 

Alors pour le coup, j’ai essayé de me sevrer, pas de filles pendant quelques semaines…Grave erreur, le sexe ne me manque pas, par contre le contact avec une fille…de pouvoir laisser filtrer un peu du trop plein d’amour, j’en donne à J bien sur, mais il m’en reste encore une bonne dose, et je crois bien que je vais replonger dans des relations foireuses, et dès ce soir d’ailleurs, une miss arrive tout à l’heure, tout aussi paumée que moi, on surement se faire du bien, mais ça ne sera q’un pansement sur une jambe de bois, elle va repartir, et je vais prier fort pour ne pas la retenir et en tomber amoureux dès demain matin.

Après, c’est surement bien trop tôt, ça ne fait que 3 mois que c’est finit. Y’a t’il un délai à respecter ? c’est bien normal de passer si vite à autre chose ? Ai je vraiment fait le deuil de ma relation avec la mère de J ?

Je la vois 3/4 fois par semaine, depuis quelques temps, je n’arrive même plus à la regarder, je ne sais pas pourquoi, je récupère J en regardant ailleurs ou en faisant semblant de rien.

Ca veut dire quoi ? encore une question à 40 euros de l’heure à ma chère psy.

téléchargement (4)

 

 

Dès fois je me dis que je devrais aller chercher un bouquet de fleur, sonner à sa porte et tout faire pour la reconquérir, la faire rire, l’emmener au resto, prendre soin d’elle, la carresser, lui décrocher les étoiles, partir en voyage loin. Mais je me souviens aussi tôt du mal que j’ai en moi que j’essai de cacher tant bien que mal, de toute cette haine noire que je lui voue. Cela aurait été bien plus simple sans J au milieu, j’aurai pu laisser exploser tout çà, là, si je fais çà, je prend des risques pour la garde…( les femmes sont un peu soupe au lait ) ( oh ca va !! on peut rigoler hein ^^ )

On dévie du sujet initial ( quoique ?) , je disais donc que j’arriverai sans forcer à tomber amoureux d’une table Ikea ( ouais, je me rend compte que c’est pas flatteur là ), mais c’est comme çà depuis que j’ai 14 ans. Rien n’y fait, je dois avoir un coeur en guimauve ou être un crétin, à voir.

Je me doute que c’est surement lié à un truc antérieur, du genre quand ma mère me fouettait avec son soutien-gorge ( je déconne :) ), mais à creuser !

Bon, bien sur dans tout ce bordel, tu as toujours LA fille pour qui tu craques et pour laquelle, tu sais pertinemment qu’il ne se passera jamais rien, mais rien de rien de chez rien. Et là, ben là mon gars, tu en chies sévère, t’as une potentielle nana que tu pourrais porter sur tes épaules toute ta vie et crier son nom sur tous les toits, mais en fait, ben…non merci !images (2)

L’amitié homme/femme franchement, c’est juste ingérable pour moi, si il n’y a rien eu, il y’aura, je le vois comme çà ( oui, tu es un phallocrate de la pire espèce, blablablabla :) )

A part si elle est très moche images (3)

 

Bon, je vais repartir dans ma galaxie, en me retenant de rendre quelqu’un d’autre que moi malheureux, ça sera déjà pas mal.

Bon, ou sont les boites de Durex déjà…^^

 

PS: j’ai changé la playlist, un peu de Chinese man, ça passe tout seul :)

26 février 2016 ~ 2 Commentaires

La peur au ventre

peur

 

Rebondissement dans les relations avec la mère de J, voilà qu’elle commençe à me retourner des sms des plus impersonnels, alors que jusque là, c’était relativement courtois et friendly…

Un simple sms de ma part demandant quelques habituelles photos de J puis une demande de coup de fil pour le bisous de bonne nuit m’a on ne peut plus stressé !

La mère de J estime que photos + coup de fil, c’est trop demandé et que elle aussi, elle n’a jamais demandé à ce que je l’appelle pour la bonne nuit, ainsi que pour quelques photos de J en action, loin de se maman.

 

Que répondre à çà !! J’ai vraiment aimé une femme qui est prête à dire qu’elle ne veut pas faire de bisous à distance et recevoir de photos de son bambin ? Je n’y crois pas !

Peut-être suis je tombé au mauvais moment, et même si c’est le cas franchement, c’est dans l’intérêt de J uniquement, je vois bien qu’il est content de faire un bisous au téléphone avant le dodo…

 

Du coup, je cogite…rdv avec la médiatrice pour la mère de J dans 2 semaines, d’ici là, j’ai peur qu’il se passe plein de choses pas marrantes…du type, on change le planning, ou encore, tu le vois que quand je le décide :( ; franchement pas facile à vivre, et peut-être que je me fais des films. Je serai si triste et mal dans mon fils, je n’ose pas y penser de trop.

 

jm

 

 

2ème point qui commence à me turlipiner, quid du prochain compagnon ?

Quel rôle aura t’il ? un second père ? va t’il briser quelque chose ? comment lui faire confiance?

 

Vous feriez confiance vous à un inconnu pour rester près de votre enfant ? et si il le gronde ? si il lui met une tape sur le cul ? Rien que d’y penser, ça me met les larmes aux yeux.

Je serai capable du pire si on s’en prend à mon fils, j’espère ne jamais avoir à intervenir.

Ok la mère de J devra choisir bien, mais il y’aura bien un moment ou ils seront seuls tous les 2, et là comment savoir ce qu’il se passe ?

point

 

 

Bien plus que des histoires de garde, voilà un point qui me ronge au quotidien.

J’aimerai tellement que tout se passe bien, qu’on ait une relation normale et des discussions normales avec la mère de J, cela fait bientôt 3 mois qu’on est séparé, quand cela va t’il se calmer un peu ? qu’on puisse avancer, ou même prendre du temps pour soi ?

Franchement, je fais tout pour rester cool et ne pas montrer de signes d’énervements, j’ai beau relire les messages qu’on s’est envoyé ( et que je garde au cas ou ), je pense très sincèrement n’avoir rien à me reprocher côté relationnel. Les seules fois ou j’ai du mal me faire comprendre, je me suis excusé.

 

Ana vient bientôt me rendre visite, ça me fera un rayon de soleil pour le mois de Mars, à l’écoute, gentille, drôle et jolie. J’ai hâte.

 

frog

 

 

 

Je laisse Al Green nous envoyer de bonnes ondes et vous souhaite un bon week-end !

 

Image de prévisualisation YouTube

18 février 2016 ~ 1 Commentaire

Etape 4– M comme médiatrice familiale ( Mignonne aussi)

mediation-familiale

 

Jour J ! bien que le planning soit des plus carrés, on a décidé ( moi sur le tard ) d’officialiser çà, il  peut se passer tellement de choses, décès, maladie, dépression, coup de foudre, bref, autant encadrer çà ! même si à vrai dire cela se passe bien de ce côté là !

Après quelques recherches sur Google, je suis tombé là dessus

http://www.udaf13.fr/mediation-familiale.html

Ca fait pas rêver hein ? mais bon pas le choix ! prise de rdv dans un centre dans le 6ème à Marseille.

La démarche est la suivante :

- Entretien préalable avec chacun des 2 parents                                                                                 – Entretien à 3 ( avec la médiatrice donc )

 

Je me suis donc rendu dans ce centre, un peu décrépit, accueilli par une nana vissée à son Aiefaune.

Drôle d’impression, similaire à la première fois dans une ANPE,  » mais qu’est ce que je fous là ! « , visiblement quelques personnes qui ont de gros gros soucis psy, je me sens pas vraiment à l’aise…

Reçu à l’heure par une charmante médiatrice ( bah quoi !! ), dans une petite salle agencée chichement avec 4 sièges, une machine à café et un paperboard.

La dame est à l’écoute et comprend vite que je suis là uniquement pour le planning de garde, elle me dira plus tard, qu’elle gère aussi les problèmes de couples et permet de renouer le dialogue ( sans que ta femme te batte ); franchement pas le soucis principal pour moi ( nous ), la priorité c’est J, rien d’autre.

Elle est restée ébahie devant le planning déjà carré et rodé; bien contente également que nous soyons arrivés à cloisonner ( involontairement ?) les problèmes « conjugaux  » , des problèmes parentaux, trop souvent la situation dérape quand les 2 s’entremêlent. Je n’ose pas imaginer le merdier que cela doit être…

2 Solutions s’offrent à nous :

1- on valide le planning de garde via la médiatrice ( agréée )

2- on valide le planning de garde et passons par un juge

Après une rapide étude du planning, elle m’apprend que devant un juge, la mère de J n’est pas gagnante et risque même de se retrouver emmerder ! travail de nuit + congés imposés = beaucoup de contraintes incompréhensibles pour un JAF, qui ne ferait que nous caser dans ce qui lui parait le plus évident, et donc pas vraiment adapté et équitable ! Curieux non !!!?

L’argument de l’enfant proche de sa mère n’est même pas sorti dans la conversation, J approchant des 24 mois, cela ne serait plus une obligation…

Grosso merdo, si le planning est en défaveur de la maman, le juge peut très bien dire  » Madame, si vous travaillez de nuit, c’est votre problème, pas celui de l’enfant ». Sympa non ?       Je n’aurai jamais pensé cela ! comme quoi la voix des tribunaux, pas franchement conseillée ( dans la mesure ou cela se passe bien avec l’autre partie).

Encore une fois, je n’ai pas bavé sur la mère de J, j’ai bien senti que la discussion déviée sur les conditions de la séparation, le pourquoi, ect, ( elle doit faire son taf en fait ); j’ai coupé court, on est tous les 2 paumés, et la question du couple, pas du tout à l’ordre du jour.

Elle a tout de même insisté, disant qu’il fallait mieux régler des dossiers enterrés pendant cette médiation, plutôt que de laisser pourrir sur pied et en arriver à une situation préjudiciable pour J dans le futur. Moi je comprend qu’on va devoir se parler, chose pas faite depuis 2 mois, la mère de J s’étant murée dans un silence de cathédrale, ça promet…peut être que la médiatrice décoincera la situation ? Je l’espère et le redoute à la fois.

J’ai lancé des sujets à aborder :

- la future école                                                                                                                                         – - mon futur logement                                                                                                                                 – l’établissement de la résidence principale (on peut en avoir 2 visiblement)                                     – la pose des congés                                                                                                                                 – le rôle d’un éventuel futur compagnon

Un chouette programme

couvert-angoisse

Dixit la médiatrice,  » vous êtes tout de même bien sympa avec Madame ».

 

Je suis toutefois ressorti de là le coeur léger.

Passage chez la mère de J pour le récupérer, très fatiguée suite à ses nuits de taf et un peu tendue suite à un sms mal interprété que j’ai envoyé la veille…

Je me suis excusé quand même, histoire que l’on se fâche pas et s’est fait un câlin…Bah sur çà, je ne sais pas trop quoi dire pour le moment.

th (7)

On a joué un peu avec J et décollage pour chez nous, en partant, je lui ai fait un bisous sur la joue

 

th (8)

 

Je  ne sais pas ce qu’on fout bordel…

th (9)

 

 

Voilà, c’était la chronique pas drôle, maintenant, tu peux retourner regarder Arte pour te détendre

Image de prévisualisation YouTube

 

 

15 février 2016 ~ 0 Commentaire

Anatomie de la trentenaire.

téléchargement (11)

Oui, oui, c’est la chronique misogyne ! you’re welcome ! Bon après toutes ces péripéties et en étant normalement constitué ( marre d’être seul en fait ), il a bien fallu se remettre en jambe si je puis dire. La base, c’est d’appeler une ex, c’est la base des emmerdes, mais c’est la base. Là, tu passes toute rage et ta peine dans du sport en chambre en priant de toutes tes forces de pas tomber amoureux en 15 min chronos. Après, tu la fous dehors rapidement, tu changes de numéro de téléphone et si possible tu émigres en Syrie. Peut-être alors ne recevras tu pas ce texto :  » c’était sympa, on se revoit quand ? ».

 

téléchargement (12)

 

Voilà pour le préambule, grosso merdo, je fais n’importe quoi avec n’importe qui ! Loin de moi l’idée de se la jouer Don Juan des troquets, c’est pas mon truc, mais force est de constater que j’ai jamais vraiment galérer avec les filles, faisant un physique moyen enrobé d’une fine couche de chocolat ( comme le kinder bueno).

Je ne sais absolument pas pourquoi ça fonctionne, et je ne m’en plains pas; par contre je ne sais absolument pas ce que je cherche ou ce dont j’ai envie.

La dernière fille qui a compté, on l’appellera « LB », a finit par me dire qu’il sera très compliqué pour la futur demoiselle de trouver une place entre J et moi, on est fusionnel, ou je ne prête pas attention à l’autre quand je suis avec J. Bien malgré moi et je précise que LB est une amie de longue date, sinon, je ne me serai jamais permis de lui présenter J; je n’ai pas envie de lui faire un défilé de filles, ça me met mal à l’aise et j’aurais trop peur de provoquer je ne sais quel traumatisme à ce petit bout.

Avec LB, c’était la surprise, je ne m’y attendais pas une seconde, mais c’est arrivé, comme elle le dit, il est facile de confondre de l’amour avec la nécessité de combler un vide affectif, je me suis senti vite bien, en envoyant des signaux un peu trop explicite après coup.

images

 

 

J’ai aimé la serrer fort contre moi, sentir son odeur, sa chaleur, peut être trop; quand elle est partie, les symptômes étaient là, un peu mal au ventre, le manque, bref un peu n’importe quoi ? aussi vite ? après coup, je rejoins son avis, c’était lié ( je pense ) à un manque ou un genre de transfert. J’ai pourtant voulu y croire, elle est revenue, et on a encore passé un beau weekend.

Mais, je n’étais et ne suis toujours pas prêt à me recaser, c’était son envie, elle a coupé court pour le coup, fini ! et elle a bien fait, je n’aurai pas voulu lui promettre des choses intenables et la faire souffrir au bout de quelques mois parce que pas sur de mes sentiments.

J’ose espérer qu’on restera amie ( je sais que tu lis ces phrases), et je ne regrette rien des weekends…

 

 

 

 

th

Ah oui ! il a bien fallu s’équiper, et avoir un peu honte dans les rayons des supermarchés en flânant comme un pervers devant le rayon des préservatifs, je pense que çà nous pend au nez de devoir les essayer avant de les acheter d’ici quelques années :) . Le tour de force, c’est de caser çà entre un paquet de surimi et la moutarde à l’ancienne en restant focus sur le remplissage des sacs de courses ( que tu n’auras pas oubliés cette fois.)

Bon, j’avoue, j’ai réactivé tous les comptes du crevard, Meetic, Adoptes un mec and co et tenté Tinder ( sombre daube ).Sauf que la dernière fois que je les avais utilisé, dans la case  » Age », il n’y avait pas écrit 34, mais 27.

th (1)

Maintenant, le type de femme que d’après mon profil, je recherche, a 30/35 ans, autonome financièrement, possède un appart cosy, est une femme active qui cherche à fonder une famille…

 

Et une femme qui chercher à se caser, le moins que l’on puisse dire, c’est que cela se voit :

 

* Premier rencard

- Elle s’habille clairement pas pour aller au ski (court).

- Elle se maquille clairement pas pour qu’on devine tout de suite qu’elle a la peau grasse. (houuu c’est méchant ).

- Elle se passe la main dans les cheveux comme Claudia Chiffon vendant du shampoing démêlant.

- Elle aime que tu l’entendes parler.

- Tu payes le restaurant en insistant.

- Elle couche dès le 2ème soir. ( je suis poli, je dis jamais non).

- Elle te harcèle le lendemain.

- Tu dis « non, mais je crois que ça va pas le faire » ( plus nuancé si t’as couché ).

- Tu fais traiter de connard.

th (2)

 

 

Ensuite, tu as la fille qui vient de se faire larguer :

* Premier rencard

- Elle parle de son mec.

- Elle parle des bons moments avec son mec.

- Elle regarde le facebook de son mec.

- Elle pleure ( le point culminant de la soirée ).

- Elle préfère  » rentrer ».

- Tu payes.

- Tu couches pas.

th (3)

 

 

Ensuite tu as la fille féministe ( Mon dieu, aides moi )

* Premier rencard

- Elle choisit la date et l’heure.

- Elle choisit le restaurant.

- Elle t’influence sur ce que tu dois prendre sur la carte. ( elle est végétarienne )

- Elle parle beaucoup de sa vie professionnelle. ( Elle réussit brillamment )

- Elle est très bien toute seule. ( Ok…)

- Elle te regarde un peu de haut ( tu sais, avec les sourcils relevés ^^ )

- Tu payes ta part.

- Tu couches pas.

- Tu manges le sms qu’elle t’envoie 1h après  » je crois que ça va pas le faire, tu es trop immature ).

- Tu rappelles une ex.

- Tu couches.

th (4)

 

 

Enfin,  last, but not the least, la fille chaude:

* Premier rencard

- Tu couches

- Tu couches

- Tu couches

- Tu l’enregistres dans le répertoire  » au cas ou « .

 

Voilà, tout cela se répète en boucle, pas forcément dans le même ordre, et je ne sais absolument pas quoi faire, soit les nanas de mon âge ont des marmots et sont frileuses ( je le comprend ) à l’idée de trouver un mec qui saura s’intégrer dans leurs familles, soit je tombe sur des nanas de mon âge qui veulent absolument se caser et avoir un marmot.

Je tombe sur aussi sur une palanquée de folles, je vous passe les détails graveleux, mais y’a de quoi ouvrir un autre blog.

Je ne suis pas contre l’idée de se caser ! ça manque une chérie à câliner, à gâter ,à sortir dans des beaux restos, mais pas aussi vite, j’ai besoin de temps, de tomber amoureux, de sentir que ça pourrait passer avec J, de découvrir des points communs, l’emmener partager mes passions…

En dessous de 30 ans, elles sont très open pour pleins d’expériences, au dessus moins, c’est du sérieux. Moi je suis au milieu, avec ce trop plein d’amour, le sentiment d’être toujours seul au monde. Elle est ou la mienne ? celle que j’aimerai, pour qui je serai là, j’espère que cela n’arrive pas qu’une fois dans une vie.

Ca serait bien triste.

th (5)

 

 

 

Je dédicace la chronique à Ana, qui est là depuis longtemps pour parler et trouver des mots aux maux. J’ai hâte que tu passes par ici ;)

 

 

 

 

 

 

14 février 2016 ~ 0 Commentaire

La Saint Valentin, Cupidon, ce sale con.

83305910_o

Voilà jour J ! tout allait bien, journée famille, anniv de l’arrière grand-mère, J en plein forme, soleil, bref la journée s’annonçait bien…

J’ai envoyé des photos du repas à la mère de J, ce qu’on fait habituellement pour les annivs ou sorties. Ca allait encore…puis vint la question  » elle est pas là aujourd’hui la maman de J  ? »

Là, ça va déjà nettement moins bien, de la famille à table au courant, une autre partie non, des gens jamais vus..J’ai bafouillé un  » elle travaillait hier soir  » dans une grande inspiration, pas le jour ou inquiéter l’arrière grand-mère qui approche du centenaire.Déjà que la pilule de faire un gosse sans se marier a été dure à faire passer…

Bref, bref, la journée passe entre promenade, jeux, trampoline, gâteau d’anniv, tentative de sieste de J sabordée par le vacarme d’une dizaine de personne à table.

Arriva le moment du départ, en fait, j’ai eu l’impression de rebasculer dans la  » vraie  » vie, en soit pas si dure, mais la parenthèse s’est refermée, et je savais déjà qu’on allait se retrouver que J et moi, et que demain, je serai seul, J chez mOman.

1h de route, 1h à y penser bien sur ! puis se rajoute dessus les questions restées sans réponses, les activités à 3, pour bientôt ? A ce propos la mère de J m’a sorti il y’a quelques semaines, que c’était encore trop  » frais  » ! Frais de quoi ? tu l’as voulu, on y est, faut quoi de plus maintenant ? Que je m’excuse aussi non ? P**ain !

images (3)

Dans un je ne sais quel geste sympa, j’envoie sur la route, un « tu veux qu’on passe à l’appart avant que tu partes bosser ?  »

Réponse : « Je suis pas à la maison »

Bon certes, c’est son droit LOL, mais sur le coup, je l’ai pris pour un  » je fais la St Valentin avec quelqu’un d’autre »; je sais ça à l’air complètement con, mais c’est le premier truc auquel j’ai pensé.

Je me suis mis çà sur l’oreille jusqu’à ce qu’on arrive à la casa avec J. Encore assez de jour pour aller jouer au parc, puis s’en est suivi une terrible partie de cache- cache ! Avec un petit de 2 ans, j’ai gagné souvent, j’avoue :) , une notion assez vague du « caches toi ! « , le résultat consistant dans la majorité des cas à rester planquer dans mon dos pendant que je compte.

J’en ferai pas un espion, c’est sur.

Repas/bain/câlins, je me suis enquillé un peu de D-stress histoire de relaxer un peu.

Je ne sais pas ce qui est le plus douloureux, de se sentir immensément seul avec un gouffre devant soi, ou d’imaginer l’autre pas seule. Contrairement  à ce que m’a dit une amie, il y’a peu, non, je ne suis pas encore amoureux de la mère de J. Elle m’a dit  » ça crève les yeux sur ton blog !  »

Ben non ! c’est quoi l’inverse d’être amoureux ? se sentir seul ? si c’est çà, j’ai bon là !

téléchargement (8)

Je ne l’aime plus, c’est sur, peut-être nostalgique ( cela doit être légitime comme sentiment non ?) après la manière dont s’est déroulée et a été amenée cette rupture, je peux sincèrement ressentir que de la haine, tempérée par le fait que J est là.

Je n’en suis pas à l’étape de la suivre comme un con, de traquer sur internet des signes de passage de statut célibataire à en couple. Mais je redoute ce moment ou je vais découvrir « l’autre ».

Pour bien me finir la journée, je me suis aperçu que j’avais les cadeaux de St Valentin déjà prêt depuis un moment ( non non, je ne suis pas prévoyant ), j’ai connement demandé à la mère de J, ben j’en fais quoi ?

« T’as pas des copines à qui tu pourrais l’offrir ? »

Ben non ? hein, même si c’est fini, il y’avait quand même une intention au départ, une personnalisation du cadeau !

Bref, ça a fini là

téléchargement (9)

 

Alors, connard de Cupidon, je te souhaite vivement de développer des plaques d’urticaire dans la raie du Q et que les bras te raccourcissent.

téléchargement (10)

12 février 2016 ~ 0 Commentaire

Les courses du père célibataire, une aventure, une épopée, une mission

 

téléchargement (5)

 

Je me doutais bien que cette petite pièce blanche froide éclairée par une ampoule contenant de la bouffe à foison ne se remplissait pas toute seule !

téléchargement (7)

C’est maintenant une réalité, il faut la remplir en allant faire des courses !

Bon alors franchement, les courses, ça doit faire au bas mot…6 ans que je n’y suis pas allé, la mère de J aimait çà ( vraiment ), et mis à part porter les sacs de la voiture à la cuisine, ben j’ai rien foutu de côté là.

C’est donc armé d’un post it quasi vierge ( pain et oeuf ) et de J qui tient souvent plus des comptes de Perrault que du charmant bambin côté appétit que nous nous rendîmes dans le temple du capitalisme de Auchan St Loup.

J’épilogue pas sur le mec qui n’a pas le jeton pour ce pu**ain de caddie et qui doit aller fouiller sous les sièges de la bagnole pour trouver une pièce…

 

Nous voilà rentrés ! après 10 min devant des écrans plats de 5m de diagonale, histoire de s’endetter pour regarder Patrick Sébastien faire tourner des serviettes, je juge qu’il n’est pas super opportun de perdre du temps devant un truc sans aucun doute, peu comestible.

 

1er arrêt, rayons bières, c’est la base d’une alimentation saine et équilibrée ! J est ébahi devant tant de choix, on prend l’option bouteille verte. Mais qu’apercevons nous en tête de gondole ? Une charmante greluche, habillée comme un hareng fumé ventant les mérites du rosé en canette (si si !) ; par pure conscience professionnelle, j’ai goûté, dégueulasse; puis j’ai percuté que la demoiselle était souriante, avenante, jeune, bref, j’ai entamé la discussion et pas QUE sur le rosé. Après avoir sondé la profondeur abyssale de son absence de répartie,  et surtout ayant réalisé qu’elle ne lâcherait jamais son 06, j’ai passé la seconde direction le rayon légume.

Bon, j’adore cuisiner, du coup je vois à peu près ce qu’il me faut pour faire des plats sympas, et surtout j’opte pour l’option bio pour tout ce qui concerne les repas de J; on a juste l’impression qu’on a payé l’avion en première classe à la mangue venue de l’autre bout de la planète, mais j’avoue, on s’y retrouve en gout !

2ème étape, rayon couches bébés ! J ayant grandit, on est passé à une taille au dessus, jusque là, rien de sorcier, faut juste se souvenir de la taille précédente…mmmh, mouais ça ira ça ! 3/4 paquets de coton, nous voilà parti.

3ème étape, éviter le rayon pain et viennoiserie, J en rafole et a développer une étonnante capacité à sentir à 8km une baguette de pain chaude. Bon, on a fini dans ce rayon ! après lui avoir filé un croûton pour couper le son, direction le rayon viande, Le rayon à ne pas rater ! Comme tout mec normalement constitué, j’ai acheté une côte de boeuf. De 1kg.

4ème étape, passage au rayon jouet, j’aime gâter mon fils, donc on regarde ces montagnes de jouets en plastique fabriqués par des enfants guère plus âgés que J. Une pensée pour E de Belgique en passant devant le rayon fer à repasser, aspirateur pour les petites filles ;) ; pas grande chose à se mettre sous la dent, j’ai essayé de convaincre J qu’il était impératif que nous possédions ce Dark Vador de 45 cm, ce salopio n’a rien voulu savoir, j’ai dû le reposer. Guère plus de choix pour les jouets éducatifs, soit vous avez forcément un marmot qui a entre 4 et 6 ans, soit il se démerde. C’est franchement vide pour les 2/3 ans non ? les seuls trucs que j’ai trouvé, sont des jouets ou puzzle en bois ou encore de la peinture à étaler sur les murs du salon quand papa est dans la cuisine.

5ème étape, la caisse, bien sur à 18h30 un vendredi, il n’y a que nous à la caisse, nous et la région PACA au complet, qui visiblement à affréter tout un bataillon de grabataires pour les mettre dans la file que j’ai choisi ( choisi objectivement en fonction du degrès de sex appeal de la caissière ).

J’allais oublier, Auchan à pensé à moi

 

images (1)

Je me suis retenu d’aller vomir sur un tapis de caisse, et fier comme Artaban, direction la voiture.

On a l’air con sans sac pour mettre les courses devant son coffre hein ?

images (2)

 

 

 

Maviemonhistoireenlettre |
Transitions |
Zenetspiritualite |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Allofme4u
| Edger7quilt
| Jadel